24 décembre 2009

Black Jack Brel.

_________ T'es comme une bougie qu'on a oublié d'éteindre dans une chambre vide, tu brilles entouré de gens sombres voulant te souffler. Celui qui a le moins de jouets, le moins de chouchous. Celui qu'on fait chier,  le cœur meurtri,  meurtrière est ta jalousie. L'enfant seul se méfie de tout le monde, pas par choix, mais par dépit, pense qu'en guise d'amie, son ombre suffit. Une solitude qui suit jusque dans le sexe. Mon texte coupe l'enfant seul en deux espèces : Ceux qui baisent à l'excès mais souhaiteraient se fixer à une femme plutôt qu'à mille fesses, quand l'autre sorte écoute souvent la même chanson dans le poste, et porte le deuil d'une relation morte et reste l'œil humide. La tête baissée, laisse le cœur sur l'estomac, l'estomac sur les genoux, ma tristesse n'a d'égal que le coup de gueule muet de l'enfant seul,que nul ne calcule.

sans_titre34BREF, au fond tous la même souffrance.

Oxmo Puccino. L`enfant seul.

Posté par Ine2sou à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Black Jack Brel.

Poster un commentaire